Skip to Content

Trilinguisme – Un mot à l’intention des familles trilingues

  • Il existe peu d’études systématiques sur les étapes d’acquisition d’une troisième langue en bas âge. On pense que le processus d’acquisition de la troisième langue ne diffère pas de celui de la deuxième, mais que l’acquisition de la troisième langue est plus rapide que celui de la deuxième, « du fait de stratégies d’apprentissage efficaces et d’une conscience linguistique très développée des enfants bilingues » (source : Le défi des enfants bilingues, Barbara Abdelilah-Bauer, page 101).
  • Dans ce cas, le principe « un parent, une langue » peut permettre d’exposer l’enfant à trois langues. Par exemple, dans une famille britanno-colombienne où l’un des parents parle japonais et l’autre français, on peut présumer que chaque parent, lorsqu’il se trouve seul avec l’enfant, s’adresse à lui dans sa première langue. La langue de communication des parents sera vraisemblablement l'anglais. La langue de la société environnante sera l'anglais. L'enfant associera ainsi l'usage des trois langues avec des personnes et des situations bien distincutes.
  • Il semble que la stabilité du trilinguisme soit moins probable que celle du bilinguisme. Selon la recherche, l’un des trois langages devient nécessairement le moins fréquent. (source : Language Strategies for Bilingual Families, Suzanne Barron-Hauwaert, p. 141)
  • Les enfants trilingues font aussi des alternances de code lorsqu'ils sont jeunes, pour les mêmes raisons que les enfants bilingues. Leurs alternances de code trilingues sont plus rares que leurs alternances bilingues (source : Language Strategies for Bilingual Families, Suzanne Barron-Hauwaert, p. 143-144, 150)
  • Il convient de mentionner que les parents d’une famille trilingue sont habituellement eux-mêmes bilingues, voire trilingues.
  • La plupart des mythes relatifs au bilinguisme des jeunes enfants seront également valables pour le trilinguisme des jeunes enfants.
  • Voici la durée typique de l'acquisition du langage expressif (s’exprimer oralement) :
    • pour les enfants monolingues, dans la langue de la mère, vers 3,5 années;
    • pour les enfants bilingues, dans les deux langues (mère et père), entre trois et cinq ans;
    • pour les enfants trilingues, dans les trois langues (mère, père et société environnante), vers cinq ou six ans. (source : Language Strategies for Bilingual Families, Suzanne Barron-Hauwaert, p. 150, citant un sondage réalisé auprès de familles trilingues en 1999)

Pour en savoir plus...

  • Language Strategies for Bilinguals Families (Suzanne Barron-Hauwaert), Multilingual Matters Ltd., Collection Parents’ and Teachers’ Guide, no 7, 2004, 220 p. | Plus de 100 familles bilingues ont partagé leur vécu et leurs stratégies avec l’auteure de cet ouvrage. Partant de ces données, l’auteure fait des liens avec la recherche sur le sujet. Elle fait également part de son vécu de mère ayant élevé trois enfants bilingues. Le chapitre 6 est consacré au trilinguisme. De plus, de nombreux tableaux comparatifs illustrent divers niveaux de compétence des enfants monolingues, bilingues et trilingues.
  • Le défi des enfants bilingues. (Barbara Abdelilah-Bauer), Éditions La Découverte, 2008, 207 p. | L’auteure consacre 10 pages au sujet du trilinguisme.