Skip to Content

Rôle du parent francophone dans une famille bilingue

 L’essentiel…

  • Adopter l'habitude de parler français à l’enfant.
  • Obtenir l’appui du conjoint non francophone au sujet du français.

 Le défi…

  • Comme la langue de communication entre les parents n'est pas le français, adopter l'habitude de parler français avec l’enfant peut être difficile, surtout en présence du conjoint non francophone.
  • Mais plus on commence tôt, plus il sera naturel, pour l'enfant, de communiquer en français avec le parent francophone de la famille. Dans les familles où le parent francophone n'a pas parlé français à l'enfant dès la naissance, il vaut la peine de faire l'effort de changer cette habitude de langage et d'amener l'enfant à lui répondre en français.
  • Comment ne pas exclure le conjoint non francophone? Selon l’attitude et les sentiments du conjoint non francophone, il faudra peut-être réserver les situations où le parent francophone est seul avec l’enfant pour parler le français.
  • Il faut parvenir à exposer l’enfant au français tous les jours. Pour qu’il acquière un bilinguisme fort dans les deux langues, le seuil critique est au moins 30 % du temps, selon Fred Genesee (Grandir en deux langues - Article paru dans Enfants Québec, avril 2011).

 Des gestes concrets…

  • Utiliser toutes les occasions, tout ce qui vous entoure pour vivre des activités en français avec l’enfant, dans une atmosphère amusante, en privilégiant ce qu'il aime faire, pour associer le plaisir et la langue française. Tous les jours.
  • Adopter les quatre « R » (routine, répétition, rire, réussite) au quotidien. Voir la rubrique Valoriser le français (les 4 R).
  • Participer à des groupes de jeux francophones ou envoyer l’enfant à la prématernelle ou à la garderie francophone s’il y en a dans la région.

 Un mot sur l’école…  

  • Le parent est le premier éducateur de l’enfant. Il est important de se rappeler que l’école francophone ne peut « bilinguiser » ou « franciser » un enfant très peu conversant en français à elle seule. Si vous décidez d’inscrire votre enfant à l’école francophone, il faudra s’assurer de l’aider, par exemple en l’envoyant dans un groupe de jeu ou une prématernelle francophone avant son arrivée à l’école. L’idéal est également de veiller à ce que le parent francophone puisse continuer à vivre des situations qui valorisent le français avec l’enfant, tous les jours si possible. Voir la rubrique Valoriser le français (les 4 R).